Diolas

L’ethnie Diola représente 8 % de la population du Sénégal, soit environ 900 000 individus. Ils occupent la Basse Casamance et se subdivisent en plusieurs sous groupes assez typés : Floups, Bliss, Karones, Flogny, Dioggots, Dianats, Bayots, Essyles. Leurs origines sont très obscures, une légende les fait venir du Soudan par la mer. Ils auraient débarqué au Siné Saloum et se seraient mélangés aux Sérères. Voilà pourquoi on dit que les Diolas et les Sérères sont des Gamos, c’est-à-dire qu’ils sont liés par une "parenté à plaisanterie" (parents très rapprochés). Il semblerait cependant que les actuels habitants de la Casamance soient les descendants de tribus chassées de Guinée Conakry à une époque lointaine. Menacés par les Mandingues qui voulaient les islamiser, ils réussirent à sauvegarder leur identité et sont restés pour la plupart animistes fidèles à leurs croyances ancestrales et pratiquent leurs rites de façon secrète dans les profondeurs des forêts sacrées. Excellents riziculteurs, ils tirent une partie de leurs ressources de la forêt. Les rites initiatiques sont encore d’actualité dans toutes les communautés animistes d’Afrique ou ils constituent le pivot de la vie sociale. En Casamance, les régions et les villages les plus concernés sont le pays Bassari, autour d’Oussouye, Kabrousse, Abéné, Thionck, Essyl ... L’initiation répond à des rites aussi anciens que rigoureux, elle s’adresse aux adolescents (ou aux adultes qui n’ont pas été encore initiés) elle a pour but de leur révéler certains mystères et de les situer par rapport à la nature et à la société. C’est le passage de l’adolescence à l’âge adulte par l’enseignement mais aussi par diverses épreuves physiques et morales. L'ethnie Diola est peu productrice d'objets artisanaux, en dehors de quelques masques représentant Mamiwatta, la déesse des eaux et de la mer.

Diolas

Nous avons plus de produits disponibles pour cette ethnie.

Recherchez un nouveau produit